Les "masques" de nos peurs !!!

Certains de nos comportements, dont quelquefois, nous somme fiers, sont comme une sorte de déguisements. Bien qu'ils soient tolérables, ils nous empêchent de vivre pleinement notre vie et souvent de connaître la réussite et le bonheur !!!

La peur est l’une des émotions qui a le plus de masques. Elle n’apparaît pas toujours telle qu'elle est, parce que nous avons du mal à admettre que nous avons peur. C'est pour cette raison, que nous adoptons des attitudes qui ne semblent pas être de la peur mais qui l'est, en fait !!!


Pourtant la peur, tout comme d’autres émotions, commence à être vaincue dès lors que son existence est assumée. Malheureusement, nous ne sommes pas disposés à l’accepter car nous prenons cela comme une faiblesse.


Soit, nous ne voulons pas voir les choses en face, soit nous ne souhaitons pas non plus nous présenter aux autres comme étant des individus vulnérables. Pour cela, nous adoptons des attitudes qui ne ressemblent pas à la peur, mais qui reflètent en réalité des craintes profondes.


Simuler le fait d’être costaud et quasiment invulnérable ne nous aide pas. Au contraire, cela pousse nos peurs à adopter des formes plus sophistiquées et cachées. Cela nous empêche de les détecter et d’engager un travail sur elles. Pour cette raison, cela est intéressant d’être attentifs à ces attitudes. Je vous en ai sélectionné sept, que voici :


Le comportement de la personne « organisée ».

Le fait de planifier ses journées ou d'organiser ses idées est une démarche saine et positive permettant de mettre des limites à l’incertitude et d’agir avec une plus grande sécurité. Mais...

Lorsque la planification est exécutée de façon excessive, elle est en fait une apparence « soft » d'une peur. Derrière la meilleure organisation possible des choses, on cherche, en réalité un contrôle démesuré des choses.


Le comportement de la personne « obséquieuse »

La prévenance et la gentillesse n’est jamais de trop... Cela permet des relations humaines d’être plus amicales et facilite les relations sociales. Mais...

Lorsque les bonnes manières sont pratiquées de manière excessive, que l'on se montre obséquieux, C'est que nous avons tellement peur des autres que nous nous protégeons d’eux en insistant sur l’aspect inoffensif de notre propre personne.


Le comportement de la personne « prudente »

Un proverbe dit : « On est jamais trop prudent ». Mais...

Lorsque devant chaque action, un doute apparaît, et qu'il pousse à prévoir les possibles conséquences négatives. Le résultat, c'est qu’on est tellement sur la défensive que cela finit par nous bloquer et on ne fait plus rien.


Le comportement de la personne « conservatrice »

Il est approprié de ne pas s'aventurer vers l'inconnu sans réfléchir au possibles dangers, c'est la grande différence entre la témérité et le courage. Mais...

Lorsque nous finissons par nous installer et nous accommoder dans notre « zone de confort », Cela nous fait passer à côté de nombreuses opportunités.


Le comportement de la personne « discipliné »

Nous nous créons des routines rigides, dans le but de vivre de manière organisée, afin de conserver un contrôle sur tout ce qu’il nous arrive. Mais...

Lorsque les routines sévères limitent trop l’imprévu. Elles finissent par schématiser notre vie et à empêcher la nouveauté d'émerger.


Le comportement de la personne « patriote »

Être civique et patriote et se dévouer pour le bien de son pays, pourquoi pas. Mais...

Lorsque cela nous pousse à être intolérants vis-à-vis des autres styles de vie ou de valeurs différentes. Et que nous finissons par adopter un comportement guidé par les préjugés. Nous ressentons de la peur vis-à-vis des situations ou des personnes et les percevons comme une menace pour notre stabilité apparente.

Le comportement de la personne « s’intéressant aux autres »

Analysé le monde dans lequel nous vivons, afin de l comprendre, c'est substantiel. Mais...

Lorsque nous regardons systématiquement la pire partie des autres comme une sorte de justification. C'est que derrière nos attitudes telles que l’envie ou la critique excessive des autres se cache une projection de nos propres craintes et limites. Nous nous comparons inconsciemment avec les autres et nous défendons cette comparaison.


Ces attitudes qui ne semblent pas être de la peur, mais qui le sont en réalité. Nous pourrions, peut-être, si nous étions un peu plus honnêtes avec nous-même, concevoir des chemins nous permettant de travailler sur ces peurs et ainsi de les surmonter

Posts récents
Archives
Retrouvez-moi
  • Facebook Basic Square
  • LinkedIn App Icône

© 2014 by Groupe MOREIRA ROBERT RCS 451 693 998

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now